Yoann Stuck, le phénomène trail

Yoann Stuck, le phénomène trail

Août 2010. Le presque trentenaire Yoann Stuck, plus fêtard que sportif, fume clope sur clope, enchaîne les soirées et pèse 95 kg. Sur un coup de tête, il décide d’arrêter de fumer. Se dit que s’il ne trouve pas de quoi compenser, il va vite dépasser le quintal. C’est le déclic. Il enfile un short et part courir. 20 minutes… de pur cauchemar ! Aujourd’hui, dix ans plus tard, Yoann est devenu… traileur professionnel ! Rencontre autour d’un parcours atypique.

Fast-portrait

  • Yoann Stuck
  • 38 ans, en couple
  • Vit à côté de Lyon
  • Est originaire d’un petit village du Vaucluse, Châteauneuf-de-Gadagne (84)
  • Papa d’une petite fille de 6 ans

 

Yoann Stuck sur la 6000D

Ton parcours est pour le moins atypique. Peux-tu nous dire comment tu t’es mis à la course à pied ?

J’ai décidé d’arrêté de fumer en août 2010, sur un coup de tête. À l’époque, je sors beaucoup en semaine, bois des pintes de whisky Coca et je fume plus d’un paquet de clopes par jour… Bref, j’ai une hygiène de vie déplorable, je totalise 95 kg. Je me dis alors que si je ne trouve pas quelque chose pour « compenser », je vais vite dépasser le quintal. Alors j’ai chaussé ma paire de speakers, un tee-shirt en coton et un short de foot, et puis je suis parti courir. 20 minutes. Un cauchemar. Mais j’y suis retourné, j’ai allongé la distance… Finalement, j’y ai pris du plaisir, rencontré des coureurs, … De fil en aiguille, je me suis inscrit à une première course, puis à un premier club d’athlétisme, pour finalement arriver là où j’en suis aujourd’hui.

Comment ton entourage a-t-il vécu ta transformation ?

Ça dépend qui 🙂 ! Ma compagne a vécu un peu la même « transformation » avec moi, donc on était sur la même longueur d’onde. Ma maman, plutôt bien, même si elle ne se rendait pas vraiment compte de l’importance de ce changement… Et puis pour les copains, tout le monde n’a pas vraiment compris au départ un tel revirement… Mais aujourd’hui, je suis super content d’aller courir avec les mêmes potes avec qui je me mettais des mines le week-end !

Comment as-tu pris le virage trail / outdoor ?

Au départ… en me perdant ! En fait, je venais d’emménager sur Lyon et comme je ne connaissais ni grand monde ni trop le coin, courir était aussi le moyen de visiter les alentours. Et le gros virage, ça a été mon premier trail en montagne, le Marathon du Mont-Blanc ! Je prends un plaisir immense à courir au milieu de toutes ces élites que je suis sur les réseaux. J’aime aussi l’ambiance vraiment sympa aux abords des sentiers et je passe la ligne d’arrivée avec ma compagne et des amis. Un moment intense ! L’un de mes meilleurs souvenirs. J’ai grandi à la campagne. Je jouais toujours dehors, avec la garrigue en terrain de jeu, donc j’ai toujours aimé être dehors.

Tu portes toujours une attention toute particulière à ton mode de vie / ta nutrition ? (sans pour autant sacrifier à la petite bière d’arrivée… 😉)

J’évolue toujours en ce sens. Je me rends compte – et je partais de très loin ! -, de l’importance de l’alimentation dans ma vie de sportif, mais pas que. Pour ma santé générale, aussi. Je me rends aussi compte de l’impact de notre consommation sur l’environnement donc oui, j’ai une hygiène alimentaire au quotidien qui est aujourd’hui plutôt très bonne, je pense. J’ai essayé le cétogène cet hiver, là, on teste un mois végétarien. Sinon, je suis plutôt un mode alimentaire low carb (soit, pauvre en glucides) qui me convient très bien… mais j’ai beaucoup de mal à refuser la bière et les petits plaisirs. C’est important aussi, je crois.

Yoann Stuck

Tu es très présent sur les réseaux sociaux, notamment à travers des web-séries. Peux-tu nous en dire plus ? Pour ta série Adaptation sur YouTube, l’épisode 3 est pour bientôt ?

L’épisode 3 de ma série Adaptation, on vient de le tourner le week-end dernier ! Avec le contexte sanitaire actuel et l’absence de courses, j’ai eu cette idée de proposer des petits défis, des challenges qui me tenaient à cœur. J’en fais partager certains avec le petit groupe d’entraînement que je suis, avec les copains… et puis d’autres, je les ferai seul, en totalité ou en partie.

On a donc fait un premier épisode sur un off de la SaintéLyon (course qui a dû être annulée cette année), pour mettre en avant les organisateurs de course.

Le suivant, c’était pour mettre en avant ma station de cœur, La Plagne, et les répercussions du COVID-19 sur les stations cet hiver.

Le week-end dernier, l’histoire était plus personnelle puisque je voulais mettre en avant l’endroit où j’ai grandi : Châteauneuf-de-Gadagne et le Vaucluse plus généralement, ainsi que ma ville d’adoption : Lyon. Car je suis devenu la personne que je suis aujourd’hui en partant vivre à Lyon. Mais je ne serai pas non plus la personne que je suis, sans avoir grandi dans mon village.

On est donc partis samedi matin dernier de Lyon jusqu’à Avignon en vélo, pour donner un côté responsable et écologique à l’aventure et arriver dans l’après-midi. Ensuite, j’ai enchaîné le Wings for Life (course caritative organisée par Red Bull pour la recherche sur la moelle épinière) sur une App en partant d’Avignon avec pour objectif d’aller jusqu’au sommet du Ventoux, et donc par la même occasion de faire un FKT : 62,34 km, 2136 m D+ en un peu plus de 5h. Et il semblerait que pour le Wings for Life, j’ai fait premier français avec 52,8 km.

Mais j’ai encore en tête pas mal d’idées d’épisodes, peut-être plus en montagne cet été.

Et tes capsules vidéo Hiit & Eat sur Instagram ?

Pareil, le COVID-19 et le premier confinement m’ont donné l’idée de départ de faire du home trainer en interviewant en live sur Instagram des acteurs touchés par ce contexte sanitaire peu évident… Mes partenaires ont joué le jeu, mais pas que ! Des restos, des stations de ski, des athlètes… L’idée était de tirer du positif d’une situation négative. Ensuite, j’ai proposé des renfos accessibles à tous pour rester actifs, même chez soi. Et puis m’est venue, dans la foulée, l’idée de préparer un petit truc en parallèle – car je ne suis pas un grand cuisinier – s’est imposée : on dit bien « Après l’effort, le réconfort », non ?!

Yoann Stuck - iamwoodstuck

Ta journée-type ?

Je m’entraîne quasi 7j/7, parfois en biquotidien. Après, tout dépend des périodes de charges et des échéances à venir. 

Lever 7 h : Petit-déjeuner en famille. Je bosse toute la matinée après avoir amené ma fille à l’école. Je pars souvent faire ma première séance en fin de matinée et l’on déjeune aussi en famille. Je travaille l’après-midi jusque 16 h, puis seconde séance. Je re-travaille encore jusqu’au dîner. J’ai la chance de pouvoir m’organiser comme je veux car je travaille de la maison, mais, la contrepartie c’est qu’il n’y a jamais vraiment de coupure, pas de week-end ou de réelles vacances… Mon ordinateur et mon téléphone ne me quittent pas souvent… mais quand on aime son job, on ne travaille pas vraiment, si ?!

La course à pied, c’est pour toi un précieux outil de partage, non ?

Au départ, c’était surtout ma bulle, ma méditation, là où je trouvais mes meilleures idées. Et j’ai vu que les gens, autour de moi, se retrouvaient dans ce que je faisais, ce qui est vraiment top. Donc oui, c’est un bel outil de partage, tout comme les réseaux, même s’ils sont souvent critiqués.

Tes prochains projets et/ou objectifs et/ou dossards que tu vas épingler ?

J’adorerais pouvoir remettre un dossard pour le Marathon du Mont-Blanc mais je ne suis pas certain de ce qu’on aura le droit de faire ou non fin juin.
Sinon, je mets normalement deux dossards mais sur mon Gravel puisque je vais prendre le départ du Vélo Vert Festival à Villard de Lans début juin et du Festival Outdoor de la vallée verte à Chambon-sur-Lac, en Auvergne, fin juin. J’ai, depuis longtemps, très envie de mettre des dossards en vélo et j’ai eu un vrai coup de cœur pour le Gravel. Ce dernier va beaucoup se développer en France dans les prochaines années !

Ton rêve fou ?

Je souhaite m’orienter sur de la montagne pure. Le « toit du monde » me fait envie. Je souhaite surtout découvrir de nouvelles sensations et me sentir libre. Relier d’est en ouest les États-Unis avec mon Gravel serait aussi un beau projet… 

Un dernier message que tu aimerais adresser aux lecteurs du blog ?

Inspirez-vous des reportages du blog et allez prendre de la hauteur !

🏃‍♀ Pour en savoir plus sur Yoann :

www.anotherlife.fr

www.instagram.com/yoannstuck

« Black Ice », des grimpeurs comme les cascades de glace n’en ont jamais vus

« Black Ice », des grimpeurs comme les cascades de glace n’en ont jamais vus

Une bande de grimpeurs, qui se voient régulièrement à la salle, partent ensemble sur un trip cascade de glace. Rien d’extraordinaire ? Sauf quand cette salle, c’est Memphis Rox, un lieu communautaire dans une banlieue difficile de Memphis, que ces grimpeurs, ce sont pour la plupart des Afro-américains issus de milieux défavorisés avec des vies plus ou moins compliquées, et qu’aucun d’eux n’a jamais vu une cascade de glace…

Black Ice, c’est un trip dans la neige et le froid où chaque instant déborde d’une incroyable chaleur humaine. Après le film, on a qu’une envie : revoir cette fine équipe tellement attachante et savoir ce qu’elle devient…  Sara, directrice de la salle nous donne des nouvelles de chacun !

Black Ice - Memphis Rox

Comment va toute l’équipe qui s’est rendue au Montana ?

L’équipe de Rox va très bien ! J’ai du mal à croire qu’il s’est déjà écoulé plus d’un an depuis notre aventure en cascade de glace. Et du mal à croire aussi que le monde s’est mis à l’arrêt juste après notre retour de Bozeman.

Nos spectateurs ont été très touchés par l’histoire de S’lacio et voudraient avoir de ses nouvelles.

S’lacio continue à s’épanouir en tant que jeune adulte et passe le plus clair de son temps à Memphis Rox, pour grimper ou travailler. C’est le genre de jeune à rendre service chaque fois que l’occasion se présente. Si l’on a besoin d’aide pour transporter des cartons ou pour aider à l’organisation d’événements solidaires, on peut toujours compter sur lui. Il a une belle âme et nous sommes heureux de l’avoir dans notre communauté.

Black Ice - Memphis Rox

Et le reste de l’équipe ?

Aerial a été promue chef d’équipe, elle est impatiente de relancer notre activité Yoga.

Elisha fait un Master en sciences libraires à l’université du Tennessee Knoxville.

Chris a eu un petit garçon, qui est venu agrandir la famille en décembre, tout le monde va bien. Il a acheté une maison en février, il est très heureux d’être papa et propriétaire. Il continue de promouvoir la mission de Memphis Rox dans son rôle de directeur de l’action sociale.

Malik poursuit sa quête artistique et cinématographique tout en travaillant chez Memphis Rox. Ses œuvres sont exposées en ce moment au musée d’art local, le Brooks Museum.

Ken travaille à temps plein pour la société Nike et consacre ses week-ends à Memphis Rox en tant que chef d’équipe.

Tye est toujours ouvreur et essaye de passer des certifications plus élevées. Il voyage avec The North Face pour des shooting photos.

Josh continue d’ouvrir à la salle des voies de niveau mondial et crée des meubles uniques dans notre atelier communautaire.

Quel impact le film a eu sur leurs vies ?

Grâce à Black Ice, les grimpeurs reçoivent beaucoup de témoignages de sympathie et d’encouragements via les réseaux sociaux. Ils sont très reconnaissants pour les messages reçus du monde entier. Grâce à leurs rôles, Chris, Malik et S’lacio sont passés dans des émissions de télé, telles que CBS This Morning, ESPN et d’autres…

Est-ce qu’ils ont la possibilité de grimper souvent en extérieur ? Est-ce que certains auraient envie de repartir sur un trip cascade de glace ?

Oui et oui ! Nos ouvreurs Josh et Tye grimpent en extérieur, chaque fois qu’ils peuvent. La topographie de Memphis ne s’y prête pas, mais ils trouvent des spots à deux ou trois heures d’ici. Pour ce qui est de refaire de la cascade de glace, carrément ! Il faut juste qu’ils « s’échauffent » à l’idée encore un peu. Proposez-leur en plein mois d’août, au plus fort de la chaleur et, à mon avis, ils seront partants !

Malik & Conrad Anker - Black Ice

Est-ce qu’il y a des choses que l’on ne voit pas dans le film qu’ils voudraient partager ?

Ce dont ils parlent le plus évoque l’amitié et les liens créés autour des expériences partagées comme l’escalade de glace, dormir dans le froid, ou simplement les bons moments passés ensemble. Chris raconte que Ken, Brent et lui ont eu un soir une conversation autour du feu de camp, jusqu’à 2 heures du matin, par -15°.

Avez-vous un message pour le public français ?

On adorerait accueillir des gens de France à Memphis Rox ! Si vos lecteurs ou spectateurs passent chez nous, qu’ils se présentent, on se fera un plaisir de leur montrer Memphis Rox !

Verra-t-on un « Black Ice 2 » ?

Il ne faut jamais dire jamais !

Black Ice - Memphis Rox

🧗‍♂ Pour en savoir plus sur la salle « Memphis Rox » :

https://www.memphisrox.org

📸 Pour voir le travail de Malik :

https://www.malikthamartian.com

 

Running the Roof : Un challenge devant et derrière la caméra !

Running the Roof : Un challenge devant et derrière la caméra !

On vous rappelle le pitch du film-documentaire Running the Roof, Prix du Public au Festival de Banff 2020 ? Après une soirée bien arrosée, trois amis font le pari fou d’aller courir là où le hasard décidera : ils font tourner un globe et posent le doigt sur… le Tadjikistan ! Une aventure de 400 km en 7 jours – plus d’un marathon par jour pendant une semaine ! – dans l’un des endroits les plus reculés au monde. La co-réalisatrice, Alexis Tymon, revient sur ce tournage extraordinaire, un challenge à la fois physique, technique et logistique.

 

Alexis Tymon, réalisatrice tout-terrain

Ce qu’adore par-dessus tout la réalisatrice britannique Alexis Tymon ? « Les caméras, les histoires et être en plein air » ! Après avoir fait des études de français et vécu brièvement à Bordeaux, Alexis se fait engager comme réalisatrice pour des spots télévisés avant de réaliser ses propres films sur son temps libre. En 2018, elle monte sa société de production avec Ben Crocker, que l’on retrouve sur le film Running the Roof en tant que co-réalisateur. Rencontre !

Alexis - Running the Roof - by Ben Crocker

Salut Alexis ! Dis, pourquoi avoir accepté le projet fou de Running the Roof ?

Pour le Tadjikistan, pour l’aventure ! L’idée de passer un mois dans une zone totalement hors-réseau, c’était aussi vraiment séduisant. C’est un environnement difficile pour un cinéaste : la chaleur, le froid, la poussière, l’altitude… Enfin, pour l’appel de la nouveauté ! Ne pas savoir ce qui va se passer, ça a quelque chose de magique.

Ce film est votre premier documentaire, en co-réalisation avec Ben Crocker. Comment avez-vous fonctionné ?

Tout le monde dit que nous sommes les deux moitiés d’un même cerveau. Nous formons une bonne équipe et travaillons en parfaite harmonie. Au Tadjikistan, nous avons essayé de partager toutes les tâches. Nous avions une caméra principale, une Body-cam avec un stabilisateur et un drone. Nous nous sommes relayés pour tourner les scènes, rattraper les coureurs, les interviewer, etc.

Alexis & Ben - Running the Roof - by Alex Mundt

Filmer dans ces paysages, cela semble une vraie prouesse physique & technique…

L’un de nos principaux soucis avant de partir, c’était la sécurité. Vous entendez beaucoup de mauvaises choses dans les médias à propos de cette région du Tadjikistan… Il y avait, à ce moment-là, une activité talibane près de la frontière où nous étions. Mais en fait, le danger est très localisé. Dans les villages, à quelques centaines de kilomètres, vous ne rencontrez rien d’autre que le calme dans un cadre rural. La vie de ces gens-là est d’ailleurs incroyable. Ces villages (dotés d’une seule route et d’un approvisionnement en électricité à la fin des années 90), sont tellement isolés que le mode de vie est très simple, très rude physiquement. Mais c’est super safe pour les touristes ! Et les habitants sont très sympa. Dans chaque village, nous avons toujours trouvé une famille qui nous laissait dormir chez eux. Pour les dernières nuits, nous campions sur le plateau. Il faisait -10/-15°, les chauffeurs n’avaient jamais été là-haut ni n’avaient même jamais campé… Un véritable choc pour eux !

Le tournage était un vrai défi technique. Chargement des batteries, sauvegarde des données, nettoyage des lentilles… Tout simplement rester vigilant pendant tant de jours alors que vous filmez toute la journée… C’était fatiguant pour nous – et les coureurs étaient encore plus fatigués ! – Communiquer avec les chauffeurs aussi, c’était assez drôle ! Ils ne parlaient pas anglais, Ben et moi ne parlons pas le tadjik… C’est incroyable comment vous pouvez communiquer avec vos mains ou avec des mots que tout le monde comprend : « go ! », « stop ! » Nous avons passé de si bons moments tous ensemble ! Ce genre de voyages, ça vous unit vraiment comme une petite famille.

Une journée-type ?

Nous voulions vraiment laisser les coureurs Jodie, JB et Gabe, faire le job et ne pas contrôler leur course pour le simple plaisir de filmer. C’était super important pour nous, comme principe, sur le tournage. Mais c’était aussi difficile de les suivre tous les trois ! Au deuxième ou troisième jour, ils couraient déjà à des rythmes différents. Mais tout a été fait pour qu’ils soient le plus autonomes possible. Chacun avait ainsi sa propre nourriture et des réserves d’eau pour 25 km environ. Jodie, JB et Gabe commençaient à courir dès 7 heures du matin, avant qu’il ne fasse trop chaud, jusqu’à 15 heures environ.

Running the Roof

Ton meilleur souvenir ?

La nuit où nous avons franchi le col de Kök Jar, un sentier de montagne étroit qui nous a emmenés sur le haut plateau du Pamir, c’était notre première nuit de camping. La voie lactée était incroyable. Nous avons monté les tentes et sommes restés ensemble, en regardant le soleil se coucher. L’un des coureurs a commencé à pleurer. Nous nous sommes alors rassemblés et avons fait un gros câlin en nous prenant dans les bras, tout en réalisant à quel point c’était un moment incroyable. Nous étions là, après tout ce chemin dans les montagnes du Tadjikistan. Notre rêve était en train de se réaliser. C’était vraiment magnifique.

Et le pire ?

Personnellement, la difficulté de maintenir la santé de chacun ! Surtout de l’équipe (réduite !) de tournage : nous n’étions que deux, Ben, mon co-réalisateur et moi. Ben avait de très graves migraines presque tous les jours. Le deuxième soir, il était vraiment malade et il a dû se coucher dès notre arrivée dans le village autour de 16h. J’ai donc commencé à nettoyer, charger, préparer les caméras, interviewer les coureurs… J’ai alors réalisé que ça allait être vraiment difficile de faire tout ça moi-même tous les jours, si son état ne s’améliorait pas… Mais, heureusement, Ben est allé mieux.

D’ailleurs, dans l’équipe, on m’a rapidement donné le surnom de « mère poule » et de « cuirassé britannique », car j’étais la seule à ne pas lutter contre la maladie ou l’altitude. J’ai cuisiné tous les repas et soigné tout le monde ! Hahaha… [Rires]. Mais du coup, j’avais une énorme responsabilité sur les épaules. Quand je suis rentrée à la maison, il a fallu un mois environ à mon cerveau pour vraiment se détendre et revenir à la normale…

 

Aujourd’hui, où en êtes-vous ?

Jodie vit à Cornwall, dans le sud-ouest de l’Angleterre, où il y a des sentiers incroyables.

JB est retourné sur les bancs de la fac pour faire une maîtrise en biodiversité et conservation à l’Université d’Oxford.

Gabe a passé un an à voyager en camion à travers le Canada. Maintenant, il a déménagé à Bogota, en Colombie, pour essayer de créer une communauté de course, là-bas.

Ben & moi sommes heureux ! Nous nous occupons de Sourcy, notre société de production à Londres et travaillons sur d’autres projets, des films commerciaux et des documentaires.

D’autres projets, tous ensemble ?

Oui ! Nous sommes tous potes, maintenant. Nous prévoyons d’aller ensemble au Pays de Galles sur un festival de trail/running, en juillet prochain, pour passer un week-end en camping ! [Rires] 

Votre film est habité par une certaine urgence de vivre, une soif de liberté. Quelles conséquences, cette aventure a eu sur vos vies personnelles ?

Avec cette histoire, je voulais vraiment montrer que vous n’avez pas besoin d’être un athlète professionnel ou d’avoir couru des ultra-marathons toute votre vie pour réaliser un défi et sortir de votre zone de confort. C’est justement en sortant de sa zone de confort que la magie opère.

Je suis très fière de ce documentaire, le premier que je réalise. Pendant le premier lockdown (COVID-19), j’ai passé 4/5 mois complètement « focus » sur le montage. J’ai alors réalisé que je pouvais faire quelque chose dont je serais fière ensuite : raconter une belle histoire qui pouvait changer le regard que l’on a sur une personne, une culture ou même un pays…

Votre prochain film ?

Je travaille sur un nouveau documentaire, l’histoire d’une Britannique « ordinaire » qui traverse la Manche à la nage, avec un cancer de stade 4. Cette femme est incroyable. Je suis vraiment attirée par ce genre d’histoires : des personnes qui font des choses avec leur corps et leur esprit pour sortir de leur zone de confort. Oui, ce sont ces histoires que je veux raconter.

Alexis - Running the Roof - by Sourcy Film

🎥 Pour suivre les réalisations d’Alexis Tymon & Ben Crocker :

https://sourcyfilm.com

🏃‍♀ Pour en savoir plus sur le film Running the Roof :

https://www.runningtheroof.com

🎬 Retrouvez le film Running the Roof dans le programme rouge du meilleur du Festival de Banff sur Bonne Projection jusqu’au 18 avril 2021

JB, Jodie, Gabe - Running the Roof - by Alex Mundt
Louise Lenoble : « Je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie qu’en highline »

Louise Lenoble : « Je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie qu’en highline »

Louise Lenoble s’est mise à la highline il y a quatre ans. C’est elle que l’on voit sur la highline sous les aurores boréales de la nuit norvégienne du film Pathfinder – Life beyond fear. À ses débuts, Louise était morte de peur. La maîtrise progressive de cette peur panique l’a conduite à découvrir le bonheur et à revoir toutes ses priorités dans sa vie. Explications par Louise elle-même…

Louise Lenoble - Pathfinder

Le film évoque l’idée de « Life beyond fear », la vie au-delà de la peur. La peur est-elle à ce point indissociable de la highline ?

La peur a été un moteur dans ma pratique lorsque j’ai débuté. C’était une peur incontrôlable, une peur primitive de la mort, un instinct de survie qui me disait « mais qu’est-ce que tu fais ici, à 100 m au-dessus du vide, sur ce bout de textile de 2,5 cm ? », alors que je savais très bien que j’étais attachée et que je ne risquais rien. Je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie que lors de mes débuts en highline. J’en pleurais ! Et c’est cette émotion incontrôlable de peur qui m’a poussée à me dédier de façon proportionnelle en intensité dans la pratique de la highline. Je voulais comprendre pourquoi j’avais peur et voir si je pouvais contrôler cette peur. Pour le dépassement de soi. Pour repousser mes limites et reprendre la maîtrise de mes émotions. Il m’a fallu de la patience, de la persévérance et d’innombrables essais d’exposition au vide, mais à partir du moment où j’ai senti diminuer cette peur, j’ai été extrêmement fière de moi : j’avais pris le dessus sur mes émotions. C’était il y a quatre ans et ma passion n’a jamais diminué, même si aujourd’hui je la qualifierais de plus modérée.

Louise Lenoble - Pathfinder - Raised by Wolves

La peur a-t-elle totalement disparu ?

Je ne peux pas comparer la peur ressentie à mes débuts avec la peur que je ressens aujourd’hui, lors d’un projet. Elle est différente, elle n’est plus présente de la même façon. Ce que je ressens désormais, c’est une peur maîtrisée que je comparerais plutôt à de l’excitation.

Si la highline suscite tant de peur, faut-il être un peu fou pour en faire ?

Je pense que c’est ce que l’on voit de l’extérieur quand on ne connaît pas la highline et la sécurité inhérente à ce sport. Pratiquer la highline n’est pas risqué. Au contraire, c’est un sport peu dangereux. Je me suis plus souvent blessée en pratiquant la slackline au-dessus du sol que la highline au-dessus du vide. Malgré cette évidence, il m’a fallu beaucoup de courage pour débuter, et cela m’a amené beaucoup d’introspection et d’interrogations sur mes choix de vie. Car j’ai découvert une force immense de mon esprit que je n’avais jamais soupçonnée jusque-là, et une maîtrise de moi qui m’ont fait requestionner ma vie personnelle en dehors de la highline. À me mettre face à des émotions si intenses et à les maîtriser, j’ai touché le bonheur, et j’ai pu rechercher ce bonheur dans tous les actes de ma vie quotidienne et faire le tri dans mes priorités. C’est donc tout sauf « être un peu fou ».

Louise Lenoble

La pratique féminine se distingue-t-elle de celle des hommes ?

La highline est le seul sport, à ma connaissance, où le record du monde de longueur qui est de 2 100 m est détenu à la fois par un homme, Lukas Irmler (que vous pouvez aussi voir dans le film Pathfinder), et une femme, Mia Noblet, une Québécoise. C’est bien la preuve que la différence physique n’est pas décisive et que la force mentale des hommes et des femmes est égale.

Cela n’empêche pas que la highline reste un monde majoritairement masculin, même si la balance commence à s’équilibrer. J’ai fait énormément de highline uniquement avec des hommes. Leur mentalité générale est bienveillante et ils se montrent à l’écoute, plus que dans le monde quotidien. Cela vient peut-être du fait qu’en tant que highlineur, nous sommes tous très à l’écoute de nos émotions.

Mais certains de mes meilleurs projets étaient des lignes entourées de femmes, ou du moins à part égale avec les hommes. L’esprit y est différent. J’ai découvert une solidarité féminine magnifique et j’ai été très inspirée par certaines femmes rayonnantes rencontrées dans cette communauté. Grâce aux retours que d’autres me font, je me rends compte aussi que mes propres réalisations en highline ont pu inspirer profondément certaines femmes. Je n’ai que fait leur renvoyer l’inspiration que j’ai moi-même reçue.

Louise Lenoble - Pathfinder

Louise dans Pathfinder – Life beyond fear

Regarder Pathfinder – Life beyond fear, c’est partir aux confins d’un voyage de 10 minutes d’une beauté absolue ! Six highlineurs de réputation mondiale se retrouvent au cœur des montagnes norvégiennes. Le Suisse Samuel Volery, l’Américain Sebastian Gum Chung Segraves, le Hollandais Tijmen Vandieren et les Allemands Friedi Khüne et Lukas Irmler accompagnent ainsi notre highlineuse française Louise Lenoble dans un pari un peu fou qui n’a encore jamais été réalisé : traverser une highline tendue entre deux falaises, illuminée par des aurores boréales… Saisir, en somme, toute la magie de l’instant. Un défi qui s’annonce grandiose !

 

Pathfinder - Dan Lior

Portrait vidéo de Louise, entre musique et highline :

🤳 Suivez Louise sur Instagram :

www.instagram.com/louise_lenoble

🎬 Retrouvez le film Pathfinder – Life beyond fear dans le programme rouge du meilleur du Festival de Banff sur Bonne Projection jusqu’au 18 avril 2021

 

Louise Lenoble - Pathfinder
FKT : Au-delà des records, l’art de courir en montagne

FKT : Au-delà des records, l’art de courir en montagne

Plongée à grandes foulées dans les coulisses du film FKT, une véritable prouesse technique et physique que l’on doit au photographe Brice Ferré, installé depuis 2009 à Vancouver (Canada). Rencontre avec cet infatigable créateur d’images qui suit ici l’athlète trail Jeanelle Hazlett dans sa tentative de record « Fastest Known Time » au Mont Brunswick, un sommet vertigineux niché au cœur de la Colombie Britannique. À vos marques, prêts, partez… Interview avec Brice Ferré !

Brice Ferré : l’homme qui ne court jamais seul

Brice Ferré est un photographe-réalisateur qui, tout fraîchement diplômé d’une école de cinéma en 2003, entame une carrière à Paris. Assistant-monteur sur le film-événement La Marche de l’Empereur, il suit ensuite son rêve en déménageant en 2009 à Vancouver, au Canada. Son leitmotiv ? Courir la montagne et faire des images. Brice ne court jamais seul. Il a toujours son appareil photo, un Reflex numérique, en main. Histoire de ne rien rater de ce que les sentiers, la nature et l’aventure peuvent, généreusement, lui offrir.

Brice Ferré

Tes premiers pas dans le monde du trail ?

J’ai commencé la course à pied en 2011, puis le trail en 2013. Ma première course, c’était un marathon en trail en 2014 (Hallows Eve 42km à North Vancouver) et puis je suis passé aux ultras en 2015, en faisant le Diez Vista 50K et le Squamish 50. Durant les 6 dernières années, j’ai couru une vingtaine d’ultras, dont trois 50 miles (80 km). J’adore passer entre 5 et 12 heures à courir et souffrir, en essayant de pousser mon corps à ses limites. Le trail m’apporte des sensations uniques que je n’ai encore trouvé nulle part ailleurs. Grâce à mon travail de photographe-réalisateur outdoor, je passe beaucoup de temps en montagne. Et tout mon temps libre, je les passe aussi sur les sentiers !

Comment as-tu rencontré Jeanelle Hazlett ?

J’ai rencontré Jeanelle Hazlett en mars 2017 quand le « Salomon Vancouver Trail Lab », un groupe de course à pied organisé par Salomon Vancouver et dont je suis l’un des leaders, a organisé un entraînement avec le groupe « PNWT » (Pacific Northwest Trail Runners) créé par Jeanelle.

Comment est né le projet du film FKT ?

Jeanelle est une coureuse incroyable ! Elle a passé les 3 dernières années à dominer toutes les courses qu’elle a couru. Elle et moi, adorons courir sur des terrains très techniques. Jeanelle est toujours à la recherche de nouveaux challenges, donc le jour où elle m’a dit vouloir tenter le FKT du Mont Brunswick (13km et 1560m de D+), cela m’a paru évident : il me fallait faire un film autour de sa tentative.

Comment avez-vous justement géré le risque et la peur face à cette arête finale absolument vertigineuse où toute chute est fatale ?

Le danger est toujours présent lorsque l’on fait ce genre de performance dans ce type d’endroit. Nous en sommes toujours conscients. Nous ne sous-estimons jamais la montagne et ses dangers, et partons toujours avec de quoi passer la nuit ou bien attendre les secours si jamais nous nous cassons quelque-chose (nourriture, vêtement en plus, safety kit). Nous avons toujours quelqu’un qui connaît le plan de notre journée, afin de venir nous chercher si jamais nous ne rentrons pas le soir.

Quant à la peur, il n’y en a pas. Jeanelle et moi sommes extrêmement habitués à ce genre de terrain. Nous avons passé des centaines d’heures à courir en montagne dans différentes situations (météo, températures, fatigue …). Nous faisons confiance à notre entraînement, à notre matériel et respectons la montagne et ses dangers. Nous n’irions jamais sur une telle arête si nous n’étions pas sûrs à 100% que tout est sous contrôle. Ni Jeanelle, ni moi, avons le vertige. Ce qui est un réel bonus pour ce genre de situations, car nous avons vu beaucoup de gens passer à quatre pattes sur Brunswick, parfois-même ils sont complètement pétrifiés. Car effectivement… c’est raide ! [Sourire]

Jeanelle et Brice - by Brice Ferre Studio

Depuis sa création dans les années 2000, l’organisation américaine FKT (pour Fastest Known Time) répertorie les segments de course remarquables à travers le monde ainsi que les athlètes ayant réalisé les meilleurs temps de parcours. Le concept n’a jamais été aussi populaire que depuis l’annulation de nombreuses courses dues à la pandémie de Covid-19 ! Depuis 2020, on a effectivement vu fleurir de nombreuses tentatives de FKT sur pléthore de sentiers aux États-Unis, mais aussi en France et par-delà le monde… Que penses-tu de ce phénomène ? 

Je trouve cela formidable ! J’adore voir des athlètes d’exception repousser leurs limites afin d’établir des records. C’est une source d’inspiration incroyable.

Si le phénomène FKT invite les gens à sortir de chez eux et courir en montagne, alors, je suis entièrement pour ! Tant que c’est fait dans le respect des sentiers, de la montagne (« leave no trace ») et sans mettre en danger qui que ce soit (y compris la vie des sauveteurs qui doivent venir nous chercher si l’on se casse une cheville ou un genou…).

À ton avis, c’est un épiphénomène ou une tendance qui va s’inscrire dans la durée et s’affirmer de plus en plus ?

Les humains sont compétitifs par nature, et établir des records de « quoi que ce soit » existe depuis la nuit des temps. Je pense que les FKT vont juste être de plus en plus fréquents car ils sont maintenant filmés et rendus officiels par un site Internet dédié. Mais le concept du FKT a toujours été présent. C’est juste que la partie « known » était plus confidentielle avant le site Internet et les belles vidéos YouTube.

Le nouveau temps de référence femme pour le FKT sur la Brunswick Mountain date de l’été 2020 avec la performance de Katherine Short en 2h21m39s. Sais-tu si Jeanelle compte reprendre le record ?

Oui, je pense qu’elle va y retourner un de ces jours. Katherine est une coureuse incroyable qui est descendue plus vite que Jeanelle, mais qui est montée moins vite. Donc je pense que si Jeanelle se lâche encore un peu plus sur la descente (et ne se filme pas avec son téléphone sur le sommet 😊), ça devrait le faire, car le nouveau record est à peine à une minute d’écart. En tout cas, c’est sympa de voir cette compétition entre coureur/ses, ici. On est tous copains, c’est fun d’essayer de se dépasser les uns et les autres.

Ton film donne envie de suivre Jeanelle dans une aventure plus longue… Un futur projet sous la semelle ?

Oui. Nous travaillons actuellement sur un film plus long, autour d’un FKT plus long (56 km) dans les Rocheuses !

Le mot de l’athlète

« Je connais les FKT depuis longtemps. C’est quelque chose qui m’a toujours fascinée parce que ça oblige à se surpasser. On est seul face à la montagne. À la différence d’une course, on ne poursuit personne. Personne ne nous poursuit. On peut s’arrêter quand on veut, ou ralentir. Mais c’est soi-même contre la montre. Donc ce projet a été l’occasion de me forcer à travailler dur pour améliorer mes chronos et repousser mes limites sans rendre de comptes à personne d’autre qu’à moi-même »

Jeanelle Hazlett

 

Le mot du réalisateur

🎥 Pour en savoir plus sur le réalisateur Brice Ferré :

www.briceferre.com

www.instagram.com/briceferre

www.briceferre.com/youtube

🏃‍♀ Deux autres films réalisés par Brice sur Jeanelle Hazlett :

http://www.briceferre.com/limitless

http://www.briceferre.com/jeanelle

🎬 Retrouvez le film FKT dans le programme blanc du meilleur du Festival de Banff sur Bonne Projection jusqu’au 18 avril 2021

 

Jeanelle Hazlett - FKT on Brusnwick - by Brice Ferre Studio

Imagine, un autre FKT

C’est un tout autre décor et une toute autre ambiance avec le film Imagine qui revient aussi sur un FKT (« fastest known time »), une tentative réalisée par le jeune athlète indien, Kieren D’Souza pour un film rare et inédit, tourné en noir & blanc, signé du réalisateur Prashant Bhatt.

Le jeune Kieren rêve depuis des années, de décrocher un record de vitesse (« FKT ») pour inciter ses compatriotes à découvrir le trail running et la montagne autrement. Loin de l’animation des grandes courses européennes, Kieren choisit l’ascension du mont Friendship (5 289 m), un sommet qu’il aperçoit de Manali, sa ville natale, pour un parcours de 53 km au coeur de l’Himalaya. Seul, en pleine pandémie mondiale, le jeune coureur se lance…

Imagine
Imagine
Home : Le tour du monde de Sarah Outen

Home : Le tour du monde de Sarah Outen

En 2011, l’aventurière britannique Sarah Outen s’élance pour un tour du monde qui ne s’achèvera pas avant 2015. Partie de Londres, elle traverse océans et continents à la seule force des bras et des jambes, en vélo, en kayak et en bateau à rames, totalisant plus de 32 000km.Un long périple en solitaire semé de difficultés et d’épreuves, dont une violente tempête en plein océan Pacifique qui poussera Sarah au-delà de ses limites physiques et psychologiques.

Sarah Outen

Sarah a démarré sa carrière d’aventurière quand elle avait tout juste 20 ans, à la suite du décès soudain de son père. Elle s’engagea alors dans le projet de traverser l’océan Indien à la rame et en solitaire, à sa mémoire, tout en levant des fonds pour des organismes caritatifs. En 2009, à 24ans, après 124 jours à ramer seule de l’Australie à l’île Maurice, Sarah devenait la première femme et la plus jeune personne à avoir traversé l’océan Indien à la rame en solitaire. Cet exploit lui valut les honneurs de son pays à travers un MBE (Member of the Order of the British Empire).

Tout en ramant au beau milieu de l’océan germa un nouveau rêve : celui de découvrir des paysages, de rencontrer des gens, et de parcourir les autres océans… Le projet « De Londres à Londres à travers le monde » était né, avec l’objectif d’une nouvelle levée de fonds pour plusieurs associations, de donner envie à chacun de vivre ses aventures, et au final, de revenir à la maison saine et sauve… 

Image Home Sarah outen

En novembre 2015, à l’âge de30 ans, Sarah achevait ainsi sa plus grande expédition, et la dernière en date : une itinérance autour de l’hémisphère nord à travers l’Europe et l’Asie, l’océan Pacifique, l’Amérique du Nord et l’Atlantique, en pédalant, en ramant et en pagayant pendant 32 000 km. Une odyssée de quatre années et demi pour parcourir cultures, climats et paysages, face à elle-même et à ses démons intérieurs, aux éléments naturels impitoyables et au temps qui passe. D’innombrables imprévus, parfois de taille, ont donné à ce périple toute sa richesse, et le voyage géographique s’est doublé d’un voyage intérieur, remuant zones d’ombre et blessures passées, duquel Sarah est revenue grandie.

Désormais mariée à sa compagne Lucy, Sarah travaille sur d’autres projets de voyages dans un genre différent. L’aventurière est très investie dans le monde associatif, et parraine plusieurs associations. Sarah est également auteur de deux livres (« A Dip in the Ocean »et « Dare to Do »), et conférencière. Son credo : encourager les gens à sortir davantage et inciter les jeunes à oser se lancer à l’aventure.

Jen Randal

Jen réalise des documentaires qui parlent de terroirs et d’identité, et a vu son travail plusieurs fois récompensé. Elle a travaillé pour, entre autres, la BBC, Channel 4 et SenderFilms, et ses films ont été primés dans des festivals internationaux de films de montagne tels que ceux de Banff,Vancouver, 5Point et Kendal.

Sarah – Combien d’heures de prises de vues avais-tu ? Est-ce que la contrainte permanente de faire des images a été un problème ?

Je ne saurais même pas vous dire combien il y avait d’heures de rushes. Jen s’est retrouvée avec une sacrée mission ! Parfois ça a été dur, oui. À certains moments, je me forçais vraiment à filmer parce que je n’en avais aucune envie, ou parce que c’était frustrant d’avoir en permanence la présence de la caméra, à d’autres moments c’était des remarques extérieures qui me perturbaient. En mer, c’était parfois trop dangereux, ou parfois j’avais trop peur pour arriver à filmer. Parfois c’était un ennui technique qui empêchait de tourner, comme la casse ou la perte d’une pièce du matériel, ou le délai de chargement des batteries, ou la nécessité de les garder au chaud quand il faisait trop froid… Mais malgré tout j’étais convaincue que quelque part dans toutes ces images il y aurait un film à partager, et la plupart du temps, la caméra constituait une présence amie très importante.

Jen –Tu peux nous parler du dérushage ? Ça a dû représenter un travail monstre !

Quand je me suis attelée à ce projet, je n’avais pas vraiment mesuré la montagne à laquelle je m’attaquais. J’avais planifié un mois pour passer les images en revue, mais au final il m’en a fallu quatre ! Au bout d’un moment on a recruté un assistant monteur pour m’aider et surtout pour que je puisse commencer le montage, parce que sinon j’y serais encore ! Donc oui c’était un énorme travail de parcourir les rushes, et de rassembler les pièces du puzzle, mais ce qui m’a beaucoup plu dans ce projet c’était l’authenticité et le naturel des images, qui faisaient qu’ici ou là je tombais sur une séquence magique qui me redonnait de l’élan pour le film. J’ai été impressionnée par l’assiduité avec laquelle Sarah a filmé tout au long de son voyage, car cela demande beaucoup d’énergie et de concentration.

Sarah – Si les spectateurs devaient retenir de ton film un message principal, lequel serait-ce ?

Je veux qu’ils se disent qu’on a le droit d’être mal de temps en temps, et que ce n’est pas un problème, et qu’il y a moyen d’aller mieux. Qu’être fragile et oser demander de l’aide, c’est bien. Plus on fait preuve d’ouverture d’esprit en matière de bien-être mental, et c’est valable aussi dans le monde de l’aventure où on peut être tenté d’en faire trop face à la pression ou aux stéréotypes, et plus on évitera les maux et les suicides en aidant les gens à se sentir mieux. Je veux que les gens osent faire face à leurs peurs, en se disant que cela va leur apporter quelque chose, qu’il s’agisse de se lancer dans un défi ou un nouveau projet, ou de persévérer dans une entreprise difficile, ou même d’être assez courageux pour renoncer et arrêter. Faites preuve de courage, de gentillesse, de curiosité.