FKT : Au-delà des records, l’art de courir en montagne

FKT : Au-delà des records, l’art de courir en montagne

Plongée à grandes foulées dans les coulisses du film FKT, une véritable prouesse technique et physique que l’on doit au photographe Brice Ferré, installé depuis 2009 à Vancouver (Canada). Rencontre avec cet infatigable créateur d’images qui suit ici l’athlète trail Jeanelle Hazlett dans sa tentative de record « Fastest Known Time » au Mont Brunswick, un sommet vertigineux niché au cœur de la Colombie Britannique. À vos marques, prêts, partez… Interview avec Brice Ferré !

Brice Ferré : l’homme qui ne court jamais seul

Brice Ferré est un photographe-réalisateur qui, tout fraîchement diplômé d’une école de cinéma en 2003, entame une carrière à Paris. Assistant-monteur sur le film-événement La Marche de l’Empereur, il suit ensuite son rêve en déménageant en 2009 à Vancouver, au Canada. Son leitmotiv ? Courir la montagne et faire des images. Brice ne court jamais seul. Il a toujours son appareil photo, un Reflex numérique, en main. Histoire de ne rien rater de ce que les sentiers, la nature et l’aventure peuvent, généreusement, lui offrir.

Brice Ferré

Tes premiers pas dans le monde du trail ?

J’ai commencé la course à pied en 2011, puis le trail en 2013. Ma première course, c’était un marathon en trail en 2014 (Hallows Eve 42km à North Vancouver) et puis je suis passé aux ultras en 2015, en faisant le Diez Vista 50K et le Squamish 50. Durant les 6 dernières années, j’ai couru une vingtaine d’ultras, dont trois 50 miles (80 km). J’adore passer entre 5 et 12 heures à courir et souffrir, en essayant de pousser mon corps à ses limites. Le trail m’apporte des sensations uniques que je n’ai encore trouvé nulle part ailleurs. Grâce à mon travail de photographe-réalisateur outdoor, je passe beaucoup de temps en montagne. Et tout mon temps libre, je les passe aussi sur les sentiers !

Comment as-tu rencontré Jeanelle Hazlett ?

J’ai rencontré Jeanelle Hazlett en mars 2017 quand le « Salomon Vancouver Trail Lab », un groupe de course à pied organisé par Salomon Vancouver et dont je suis l’un des leaders, a organisé un entraînement avec le groupe « PNWT » (Pacific Northwest Trail Runners) créé par Jeanelle.

Comment est né le projet du film FKT ?

Jeanelle est une coureuse incroyable ! Elle a passé les 3 dernières années à dominer toutes les courses qu’elle a couru. Elle et moi, adorons courir sur des terrains très techniques. Jeanelle est toujours à la recherche de nouveaux challenges, donc le jour où elle m’a dit vouloir tenter le FKT du Mont Brunswick (13km et 1560m de D+), cela m’a paru évident : il me fallait faire un film autour de sa tentative.

Comment avez-vous justement géré le risque et la peur face à cette arête finale absolument vertigineuse où toute chute est fatale ?

Le danger est toujours présent lorsque l’on fait ce genre de performance dans ce type d’endroit. Nous en sommes toujours conscients. Nous ne sous-estimons jamais la montagne et ses dangers, et partons toujours avec de quoi passer la nuit ou bien attendre les secours si jamais nous nous cassons quelque-chose (nourriture, vêtement en plus, safety kit). Nous avons toujours quelqu’un qui connaît le plan de notre journée, afin de venir nous chercher si jamais nous ne rentrons pas le soir.

Quant à la peur, il n’y en a pas. Jeanelle et moi sommes extrêmement habitués à ce genre de terrain. Nous avons passé des centaines d’heures à courir en montagne dans différentes situations (météo, températures, fatigue …). Nous faisons confiance à notre entraînement, à notre matériel et respectons la montagne et ses dangers. Nous n’irions jamais sur une telle arête si nous n’étions pas sûrs à 100% que tout est sous contrôle. Ni Jeanelle, ni moi, avons le vertige. Ce qui est un réel bonus pour ce genre de situations, car nous avons vu beaucoup de gens passer à quatre pattes sur Brunswick, parfois-même ils sont complètement pétrifiés. Car effectivement… c’est raide ! [Sourire]

Jeanelle et Brice - by Brice Ferre Studio

Depuis sa création dans les années 2000, l’organisation américaine FKT (pour Fastest Known Time) répertorie les segments de course remarquables à travers le monde ainsi que les athlètes ayant réalisé les meilleurs temps de parcours. Le concept n’a jamais été aussi populaire que depuis l’annulation de nombreuses courses dues à la pandémie de Covid-19 ! Depuis 2020, on a effectivement vu fleurir de nombreuses tentatives de FKT sur pléthore de sentiers aux États-Unis, mais aussi en France et par-delà le monde… Que penses-tu de ce phénomène ? 

Je trouve cela formidable ! J’adore voir des athlètes d’exception repousser leurs limites afin d’établir des records. C’est une source d’inspiration incroyable.

Si le phénomène FKT invite les gens à sortir de chez eux et courir en montagne, alors, je suis entièrement pour ! Tant que c’est fait dans le respect des sentiers, de la montagne (« leave no trace ») et sans mettre en danger qui que ce soit (y compris la vie des sauveteurs qui doivent venir nous chercher si l’on se casse une cheville ou un genou…).

À ton avis, c’est un épiphénomène ou une tendance qui va s’inscrire dans la durée et s’affirmer de plus en plus ?

Les humains sont compétitifs par nature, et établir des records de « quoi que ce soit » existe depuis la nuit des temps. Je pense que les FKT vont juste être de plus en plus fréquents car ils sont maintenant filmés et rendus officiels par un site Internet dédié. Mais le concept du FKT a toujours été présent. C’est juste que la partie « known » était plus confidentielle avant le site Internet et les belles vidéos YouTube.

Le nouveau temps de référence femme pour le FKT sur la Brunswick Mountain date de l’été 2020 avec la performance de Katherine Short en 2h21m39s. Sais-tu si Jeanelle compte reprendre le record ?

Oui, je pense qu’elle va y retourner un de ces jours. Katherine est une coureuse incroyable qui est descendue plus vite que Jeanelle, mais qui est montée moins vite. Donc je pense que si Jeanelle se lâche encore un peu plus sur la descente (et ne se filme pas avec son téléphone sur le sommet 😊), ça devrait le faire, car le nouveau record est à peine à une minute d’écart. En tout cas, c’est sympa de voir cette compétition entre coureur/ses, ici. On est tous copains, c’est fun d’essayer de se dépasser les uns et les autres.

Ton film donne envie de suivre Jeanelle dans une aventure plus longue… Un futur projet sous la semelle ?

Oui. Nous travaillons actuellement sur un film plus long, autour d’un FKT plus long (56 km) dans les Rocheuses !

Le mot de l’athlète

« Je connais les FKT depuis longtemps. C’est quelque chose qui m’a toujours fascinée parce que ça oblige à se surpasser. On est seul face à la montagne. À la différence d’une course, on ne poursuit personne. Personne ne nous poursuit. On peut s’arrêter quand on veut, ou ralentir. Mais c’est soi-même contre la montre. Donc ce projet a été l’occasion de me forcer à travailler dur pour améliorer mes chronos et repousser mes limites sans rendre de comptes à personne d’autre qu’à moi-même »

Jeanelle Hazlett

 

Le mot du réalisateur

🎥 Pour en savoir plus sur le réalisateur Brice Ferré :

www.briceferre.com

www.instagram.com/briceferre

www.briceferre.com/youtube

🏃‍♀ Deux autres films réalisés par Brice sur Jeanelle Hazlett :

http://www.briceferre.com/limitless

http://www.briceferre.com/jeanelle

🎬 Retrouvez le film FKT dans le programme blanc du meilleur du Festival de Banff sur Bonne Projection jusqu’au 18 avril 2021

 

Jeanelle Hazlett - FKT on Brusnwick - by Brice Ferre Studio

Imagine, un autre FKT

C’est un tout autre décor et une toute autre ambiance avec le film Imagine qui revient aussi sur un FKT (« fastest known time »), une tentative réalisée par le jeune athlète indien, Kieren D’Souza pour un film rare et inédit, tourné en noir & blanc, signé du réalisateur Prashant Bhatt.

Le jeune Kieren rêve depuis des années, de décrocher un record de vitesse (« FKT ») pour inciter ses compatriotes à découvrir le trail running et la montagne autrement. Loin de l’animation des grandes courses européennes, Kieren choisit l’ascension du mont Friendship (5 289 m), un sommet qu’il aperçoit de Manali, sa ville natale, pour un parcours de 53 km au coeur de l’Himalaya. Seul, en pleine pandémie mondiale, le jeune coureur se lance…

Imagine
Imagine
Piano to Zanskar : Le plus haut piano du monde

Piano to Zanskar : Le plus haut piano du monde

En Himalaya, dans la petite école du village de Lingshed à 4300m d’altitude, des notes de musique s’échappent d’un piano. Comment est-il arrivé là ? Piano to Zanskar raconte ce trek poétique et improbable au cœur des paysages grandioses de l’Himalaya indien.

Desmond O’Keeffe répare et accorde des pianos. Toute sa vie, il n’a fait que ça, dans sa petite boutique du marché de Camden, à Londres. Il a 65 ans et commence à penser à sa retraite, redoutant de s’ennuyer. Jusqu’au jour où une institutrice globetrotteuse entre dans son magasin et lui demande, sans trop y croire, s’il peut livrer un piano à Lingshed, un village perdu à 4300m d’altitude dans la chaîne du Zanskar, en Himalaya. Bien sûr, qu’il peut !

 

Piano to Zanskar © Jarek Kotomski

L’oreille musicale et le cœur sur la main

Pour cette épopée romanesque au cœur des paysages grandioses du Zanskar, tous les ingrédients d’une belle aventure humaine sont réunis. Générosité, simplicité, amitié viendront à bout des imprévus et des obstacles les plus insurmontables. De pistes périlleuses en sentiers vertigineux, laissant derrière eux la civilisation moderne, le piano et son cortège de yaks et de porteurs avancent vers leur destination, comme un retour à l’essentiel. Anna et Harald, deux jeunes amis de Desmond et anciens apprentis de l’atelier londonien, habités eux aussi de musique et d’humanité, l’accompagnent dans sa mission impossible.

Touchant et attachant, Mister Gentle (son surnom) est profondément bon. Après le film, pendant cinq ans, il retournera chaque année au Zanskar entretenir le piano et enseigner la musique aux enfants de Lingshed, jusqu’à ce qu’une thrombose l’emporte en 2018.

Piano to Zanskar © Jarek Kotomski

La musique, langage universel

En amenant des pianos dans des endroits extrêmes, Desmond se servait de la musique pour éveiller les consciences sur deux grandes causes lui tenant particulièrement à cœur : la lutte contre la mucoviscidose, et la protection de l’environnement.

Toute sa vie, ce modeste réparateur de pianos participe à des œuvres caritatives, souvent dans la plus grande discrétion. Et comme pour lui rien n’est impossible, il a l’idée de trois concerts extrêmes, en altitude ou en profondeur… Leur but : lever des fonds pour la recherche contre la mucoviscidose (ou fibrose kystique), une maladie génétique qui touche le système respiratoire et pour laquelle il n’existe pas de traitement. Plus de 17000 euros sont ainsi collectés grâce aux trois événements orchestrés par Desmond.

La musique, langage universel  En amenant des pianos dans des endroits extrêmes, Desmond se servait de la musique pour éveiller les consciences sur deux grandes causes lui tenant particulièrement à cœur : la lutte contre la mucoviscidose, et la protection de l’environnement.  Toute sa vie, ce modeste réparateur de pianos participe à des œuvres caritatives, souvent dans la plus grande discrétion. Et comme pour lui rien n’est impossible, il a l’idée de trois concerts extrêmes, en altitude ou en profondeur… Leur but : lever des fonds pour la recherche contre la mucoviscidose (ou fibrose kystique), une maladie génétique qui touche le système respiratoire et pour laquelle il n’existe pas de traitement. Plus de 17000 euros sont ainsi collectés grâce aux trois événements orchestrés par Desmond.

Trois concerts de l’extrême

« The Deepest concert », le concert des profondeurs, s’est tenu à une centaine de mètres sous terre dans l’ancienne mine de sel Salina Turda, en Roumanie, en décembre 2017. Alex Stobbs, un jeune et talentueux pianiste britannique atteint lui-même de mucoviscidose, a joué dans les profondeurs de la mine, accompagné du ténor Neil Latchman. Le piano à queue amené pour l’occasion a ensuite été offert aux Hospices de l’Espoir, à Bucarest.

« The highest Chopin concert », le plus haut concert de Chopin, a commencé par sept heures de 4×4 sur des pistes chaotiques depuis Leh, au Ladakh. Un autre piano à queue a ainsi pu être installé au col de Singe La Pass, à près de 5000m d’altitude, pour un concert unique le 6 septembre 2018. Dans un vent glacial, la pianiste britannique Evelina De Lain, en escarpins, a joué plus d’une heure d’un son cristallin jusqu’à ce que ses mains et ses pieds capitulent devant le froid…

Le même jour, quelques mètres plus haut, la harpiste Siobhan Brady donne, elle, le plus haut concert de harpe, record du monde homologué et enregistré dans le Guinness. Desmond Gentle O’Keeffe l’accompagne en lisant un poème tandis que s’envolent des notes celtiques sur fond de drapeaux de prière et de sommets himalayens.

Les sommes récoltées seront reversées à la fondation britannique contre la mucoviscidose (Cystic Fibrosis Trust). C’est le dernier projet humanitaire imaginé et orchestré par Desmond avant son décès survenu soudainement à Londres, peu après le retour.

Piano to Zanskar © Jarek Kotomski

La pollution par le plastique

Vers la fin de sa vie, de plus en plus préoccupé par les problèmes environnementaux, il est consterné par l’accumulation des déchets plastiques au Ladakh. L’idée lui vient de réutiliser les bouteilles comme matériaux de construction. En 2016, avec l’aide d’Anna Ray, il réalise la première serre du Ladakh entièrement conçue à partir de bouteilles en plastique réutilisées, sorte de véranda attenante à une habitation et qui prouvera son efficacité par températures négatives. À nouveau, il lie de profonds liens d’amitié avec les habitants.

Des pianos « humanitaires », Desmond en a aussi expédié au Mozambique et en Roumanie. Jamais en manque d’idées, il voulait ensuite collecter des fonds pour financer l’achat d’un appareil IRM pour l’hôpital du Ladakh. La mort ne lui en aura pas laissé le temps. Nul doute que cette nouvelle aventure aurait certainement nécessité une fois de plus beaucoup d’énergie… et un piano.

Sauvez un piano !

Le réalisateur et le producteur du film ont un message spécialement pour vous…

🎹 Pour en savoir plus :

https://pianotozanskar.com

🏆 Récompenses / Prix :

Grand Prix 2019 du Festival de Banff

Meilleur Film 2020 sur le ShAFF (Sheffield Adventure Film Festival)

Meilleur Film Culture Montagne 2020 sur le VIMFF (Vancouver International Mountain Film Festival)

Meilleur Film International 2020 sur le KIMFF (Katmandu International Mountain Film Festival)

🔎 Article autour du film :

Article (en anglais) paru sur Outsideonline.com

💚 Vous avez aimé ce film ? Vous aimerez aussi…

K2 : The Impossible Descent (Programme Bleu) pour partir, tout schuss, à l’assaut du K2 !

Fly Spiti (Programme Rouge) pour, ce coup-ci, voler dans l’Himalaya indien !

 

🎬 Retrouvez le film Piano to Zanskar dans le Programme Blanc du meilleur du Festival de Banff sur Bonne Projection jusqu’au 18 avril 2021

Piano to Zanskar © Jarek Kotomski
Climbing Blind : Non-voyant, Jesse Dufton grimpe « Old Man of Hoy » en tête

Climbing Blind : Non-voyant, Jesse Dufton grimpe « Old Man of Hoy » en tête

Le grimpeur britannique Jesse Dufton a quatre ans quand on lui diagnostique une maladie génétique rare qui lui détruit les cellules de la rétine. À 20 ans, il n’arrive plus à lire. À 30 ans, sa vision est réduite à une simple perception de la lumière avec un champ de vision d’environ 1 ou 2%. Pourtant, Jesse Dufton défie les diagnostics comme les lois de l’apesanteur. Il continue à grimper. En trad. Et en tête, s’il vous plaît ! Un destin hors-du commun à retrouver dans le documentaire Climbing Blind, primé dans les plus grands festivals de films d’aventure au monde (Kendal, Vancouver, Bilbao, Dijon), qui suit le parcours exceptionnel de Jesse autour d’un défi tout aussi incroyable : être le premier grimpeur non-voyant à escalader en tête l’emblématique pilier écossais du « Old Man of Hoy ». Près de 140m de grès friable, balayé par la mer et par les vents. Chiche ?

Un destin hors du commun

Suivre le parcours du grimpeur britannique Jesse Dufton, c’est à la fois découvrir une détermination et une force de caractère hors-normes mais c’est aussi embrasser un destin exceptionnel, qui renverse les idées toutes faites et repousse les frontières du handicap. Sur les traces de son père, alpiniste émérite et membre d’une équipe de secours en montagne, Jesse Dufton commence à grimper très jeune : première voie à 2 ans, première falaise à 11 ans. Mais entre ces deux périodes, un diagnostic médical vient bouleverser la vie du jeune Britannique : Jesse est atteint d’une maladie génétique rare qui lui fait, petit à petit, perdre la vue. Étudiant à la fac de Bath, le jeune homme s’inscrit au club d’alpinisme. Entouré d’amis qui le soutiennent dans sa pratique, il s’adonne avec joie à sa passion, fait de l’escalade sur glace, découvre le style alpin. Et par-dessus tout, Jesse rencontre Molly, une jeune femme sportive et brillante qui sera sa plus fidèle compagne de cordée avant de devenir « ses yeux » au pied des voies et sa femme dans la vie.

Climbing Blind - Jesse & Molly

Quand Jesse rencontre Molly

À tout juste 20 ans et un doctorat en cours, la vue du jeune homme se détériore. Jesse n’arrive plus à lire. Face à la maladie et au handicap, cet amoureux du rocher et des belles choses s’adapte. Il continue ainsi à vivre sa passion de l’escalade, malgré sa cécité grandissante. À 30 ans, il ne perçoit désormais plus que des ombres… Pourtant, en paroi comme dans sa vie comme, Jesse agit avec calme et sérénité. Certains diraient aisément avec un flegme et des traits d’humour dont seuls les Britanniques ont le secret : « Pour moi, traverser la route est bien plus dangereux que faire de l’escalade ! » s’écrit-il, face caméra, un généreux sourire en bandoulière.

Climbing Blind - Old Man of Hoy

Une aventure humaine plus qu’un défi sportif

En 2017, Jesse Dufton rejoint l’équipe nationale britannique d’handi-grimpe. Mais à mesure que ses bras prennent de la puissance, ses yeux l’abandonnent : Jesse ne voit plus que du flou, ne distingue même plus sa main devant son visage. Pour autant, rien ne l’arrête. Courant 2019, avec deux premières au Groenland (par – 20° !) en compagnie de Molly en poche, l’insolite défi d’aller se confronter au grès rouge de « The Old Man of Hoy » en trad et en tête arrive tout naturellement. Jesse se sent prêt. Nous sommes sur la côte ouest de l’île Hoy dans les Orcades, au Nord de l’Écosse, à cinq heures de route de la capitale Édimbourg. Deux ferries et une marche d’approche vertigineuse plus tard, Jesse est au pied de ce pilier légendaire de 137 mètres de haut (côté 6a+ > 6a). Entre roche délicate, rafales de vent et mouettes rieuses, Jesse s’élance dans la voie. En trad et en tête, donc. Son seul guide face à la puissance des éléments ? La voix de Molly, son alter ego dans la vie comme sur le caillou. On laissera à Jesse le mot de la fin : « I am not disabled, but blind and able », comprenez « Je ne suis pas handicapé mais aveugle et capable ». Une phrase qui claque plus fort qu’un clip de dégaine. Et nous voilà, derrière l’écran, à transpirer sévère. Mais surtout à prendre une belle leçon de vie. « Vaché, Molly ! ».

Alastair Lee, réalisateur de l’extrême

Pour filmer ce destin hors du commun, il fallait bien tout le génie du réalisateur et producteur Alastair Lee (Al pour les intimes !) déjà à l’œuvre sur The Asgard Project (2010) et Spectre Expedition : Mission Antarctica (2019), deux films mythiques sélectionnés pour le Banff Centre Mountain Film and Book Festival. Amoureux des sports extrêmes, le photographe et réalisateur britannique a parcouru le monde, de l’île de Baffin à la jungle vénézuélienne, pour filmer et photographier les plus grands athlètes. Mais surtout, révéler à l’écran le portrait de personnages hors normes, d’aventures humaines exceptionnelles avec un sens aigu du storytelling. Pour Climbing Blind, au-delà de l’histoire incroyable de Jesse & Molly Dufton et des paysages époustouflants qu’offrent les falaises emblématiques de « The Old Man of Hoy », il y a pour Al Lee à la fois un défi technique considérable et un questionnement d’ordre éthique : alors qu’il va être au-dessus de Jesse pour filmer sa progression sur la paroi, se doit-il d’intervenir si l’athlète dévie de la voie ? Le résultat est saisissant : au-delà de la prouesse technique, le film s’élève, tel cette tour de grès d’une sauvage beauté au milieu des éléments déchaînés, comme un monument de sincérité et d’humanité. Et résonne comme un hymne au dépassement de soi et à la résilience.

🧗‍♂ Pour en savoir plus sur le grimpeur Jesse Dufton :

https://jessedufton.com

🎥 Pour en savoir plus sur le réalisateur Alastair Lee :

https://www.posingproductions.com

🔎 Articles autour du film :

Article paru sur Montagnes Mag

Article paru sur Outside.fr

💚 Vous avez aimé ce film ? Vous aimerez aussi…

Piano to Zanskar (Programme Blanc) pour son défi tout aussi incroyable !

Running the Roof (Programme Rouge) pour le dépaysement garanti !

 

🎬 Retrouvez le film Climbing Blind dans le programme vert 100% escalade du meilleur du Festival de Banff sur Bonne Projection jusqu’au 18 avril 2021

Ocean to Asgard, big walls entre copains

Ocean to Asgard, big walls entre copains

Ce trip escalade à Baffin, c’est l’aventure parfaite. Le voyage idéal, engagé mais pas trop, immense mais accessible, avec des potes sympa. Succès garanti. Et pourtant… Quand le destin se permet un petit rappel à l’ordre, il transforme une bonne partie de rigolade en leçon de vie.

Le combo escalade, meilleurs potes et grands espaces

Pour Bronwyn, Jacob, Zack et Thor, cette aventure, c’est uniquement pour le plaisir. Quarante jours d’itinérance sur l’île de Baffin au Canada avec un peu de raft sur les torrents glaciaires, des bivouacs cinq étoiles, des grandes voies sur des parois encore vierges, des premières ascensions, une météo très conciliante, un rêve de sommet et un peu d’imprévu.

Ils ne sont rien partis chercher de spécial, pas de quête, pas de limites à repousser, pas de revanche à prendre. Juste une belle balade XXL dans une nature sauvage et inhabitée, beaucoup de bonne humeur et de légèreté, et des instants inoubliables de premier matin du monde.

Au bout de dix jours de baroud, l’objectif du voyage est sous leurs pieds. Un moment magique pour Bronwyn : « À minuit pile, on est sortis sur le sommet de la tour sud du mont Asgard. Malgré le froid, il n’y avait pas un souffle. Avec Jacob, on a regardé le soleil de l’Arctique rouler derrière la ligne de crêtes de l’horizon. Pendant quelques minutes, tout est devenu pourpre. Puis la boule dorée est réapparue, illuminant à nouveau notre petit replat, tandis qu’en-dessous de nous le monde glacé était encore dans l’ombre ».

Mesurer la valeur de l’instant présent et de ceux qu’on aime

Quelques jours plus tard, la fine équipe s’attaque aux 700 mètres de la face ouest du mont Torokwa pour une ouverture. « Je hurle d’horreur en voyant s’arracher sous mes mains une grosse écaille. “Pierre !“ Le bloc tombe dans le dièdre, s’écrase sur la paroi et explose en morceaux juste au-dessus de Zack et Thor ». Le rocher est pourri sur cette ligne. Le jeu n’en vaut pas la chandelle…

De retour au camp de base, sain et sauf, on mesure l’étrangeté d’être en vie. La trajectoire hasardeuse d’un caillou, quelques secondes, quelques centimètres en ont décidé ainsi. On pourrait être mort, et on est bien vivant. Les gens qu’on aime, la beauté des lieux deviennent tout à coup infiniment précieux.

Alors se bousculent les pourquoi. Pourquoi fait-on ça ? Où placer la limite du risque acceptable ? Dans le secret des réflexions intérieures, chacun lutte contre les peurs insidieuses qui regagnent du terrain, chacun trouve ses réponses. Et en ressort grandi. Sans doute ce pour quoi « les voyages forment la jeunesse »…

🎬 Retrouvez le film Ocean to Asgard dans le Programme Bleu du meilleur du Festival de Banff sur Bonne Projection jusqu’au 18 avril 2021

👉 Infos sur le festival : www.banff.fr

Suivez-nous ! 

Natural Mystic ou l’art du run parfait avec Sam Favret

Natural Mystic ou l’art du run parfait avec Sam Favret

Prenez le freerider Sam Favret, qui n’en est pas à son coup d’essai en pente raide, et son pote Maxime Moulin, réalisateur de films de ski extrême, mettez-les sur les aiguilles Rouges au-dessus de Chamonix, croulant de peuf immaculée et de ciel bleu au cœur des plus beaux sommets des Alpes. Ça vous donne « Natural Mystic », trois minutes d’une ambiance inédite où le temps suspend son vol.

Freeride sur les Aiguilles Rouges de Chamonix

Sam Favret est l’un des freeriders les plus doués de sa génération. Il vous balance des courbes d’une fluidité impeccable et pose ici ou là un 360 ou des tricks magiques dans des pentes à dérégler le clinomètre. À Chamonix, sur les lignes les plus emblématiques du massif du Mont-Blanc, itinéraires mythiques ou ouvertures engagées, Sam est chez lui.

Il a déjà tourné avec Maxime Moulin, son pote de longue date, réalisateur de films d’outdoor et de montagne. Maxime s’amuse à filmer ses potes en ski depuis l’université, et il en a fait son métier. Depuis dix ans, il a tourné avec les meilleurs freeriders de la planète neige. C’est lui qui est derrière la caméra de Frozen Mind avec Victor De Le Rue et Pierre Hourticq, Good Morning avec Richard Permin ou Ice Call avec Sam Favret.

Un point de vue inédit

Natural Mystic est (encore) un film de freeride sur les plus belles pentes raides du monde, avec (encore) de longs runs aussi purs qu’esthétiques, et pourtant, il ne ressemble à aucun autre. Le secret ? Deux drones hyper performants pour des images 100% vues d’oiseau et une bande son vraiment inédite. Aucun commentaire, pas de musique. Juste le son des skis sur la neige et le bruit de l’air. Pourquoi ce choix et comment ont-ils fait ?

Maxime vous l’explique dans cette vidéo :

🏂 Maxime et Sam travaillent sur de nouveaux projets, encore secrets mais on vous tiendra au courant.

🔎 Pour en savoir plus sur le travail de Maxime Moulin : https://www.maximemoulin.com/

🔎 Pour suivre Sam Favret : https://www.instagram.com/samfavret

 

🎬 Retrouvez le film Natural Mystic dans le Programme rouge du Meilleur du Festival de Banff sur Bonne Projection jusqu’au 18 avril 2021.

The Bikes Of Wrath      (Les Vélos de la Colère)

The Bikes Of Wrath (Les Vélos de la Colère)

Les vélos de la colère, un voyage initiatique à travers les États-Unis

 

2600 km, 32 jours, une bande de potes à deux-roues et 420 dollars en poche !

Passionnés par le roman de John Steinbeck, cinq Australiens se lancent en 2015 sur les traces des Raisins de la colère (The Grapes of Wrath). Ils décident de retracer l’histoire des migrants du Dust Bowl lors de la crise des années 30. Aujourd’hui, que reste-t-il des inégalités, injustices et blessures du passé ? L’exode a-t-elle marqué le cœur des États-Unis d’une empreinte indélébile ? 

La curiosité des jeunes baroudeurs nourrit profondément leur soif d’exploration. En quête d’aventure, ils partent à la rencontre de populations résilientes. D’est en ouest, les mains sur le guidon, ils traversent le pays d’Oklahoma jusqu’à Bakersfield en Californie.

 

Une traversée à deux-roues entre amis

Les vélos de la colère quittent leur Australie natale, cap sur l’Amérique du Nord.

Âgés de 24 à 35 ans, Charlie, Oliver, Cameron, Redouane et Leon ne sont pas cyclistes professionnels, loin de là ! L’un d’eux n’a jamais fait plus de 20 bornes ! Qu’à cela ne tienne, c’est à vélo qu’ils tenteront de parcourir des milliers de kilomètres.

Au défi s’ajoute un paramètre : voyager à cinq pendant un mois avec un budget de quelques centaines de dollars  (équivalents aux 115 dollars des héros du livre de Steinbeck).

Le groupe d’aventuriers campe à la belle étoile, joue de la musique, partage des moments inoubliables, des rires et des peines. Parviendront-ils à destination ? Rencontreront-ils des obstacles en cours de route ?

Mis à rude épreuve par la fatigue et la chaleur écrasante de l’été, ils réalisent le tournage au fil du bitume et des échanges ruraux. La force de leur amitié transperce l’écran, elle est communicative et puissante.

Du cyclotourisme au documentaire humaniste

À mesure des rencontres qui paveront leur chemin, Charlie, Oliver, Cameron, Redouane et Leon font des découvertes. Au-delà du cyclotourisme, les Australiens portent un regard humaniste sur un peuple résilient. Difficile d’oublier Joe, croisé près d’une glissière d’autoroute, il est en souffrance, reclus et égaré. Les gars se demandent s’il serait une bonne idée d’appeler les urgences, les frais médicaux sont exorbitants aux États-Unis. Confrontés à la réalité, ils avancent ensemble vers l’inconnu, ces hommes et femmes, ces villes et vastes espaces.

L’un des passages des Raisins de la colère résonne : « Il disait qu’une fois, il était allé dans le désert pour tâcher de trouver son âme, et qu’il avait découvert qu’il n’avait pas d’âme à lui tout seul. Tout ce qu’il avait, c’était un petit bout d’une grande âme. Il disait que le désert, ça ne rimait à rien, s’il ne faisait pas partie du reste, s’il ne formait pas un tout ! ».

🚵 Les Vélos de la Colère (The Bikes of Wrath) est un film bouleversant de vérité et d’humanité. Il fait en partie écho à la crise sanitaire et sociale que nous traversons en ce moment.

🎬 Un documentaire en version originale sous-titrée à streamer, pour continuer à explorer le monde depuis le confort de son canapé !