Nouria Newman n’a plus grand-chose à prouver dans le domaine du kayak d’aventure. Elue trois fois meilleure kayakiste extrême de l’année, elle a également trois titres de championne du monde à son actif. Mais loin des rivières artificielles, Nouria aime aussi partir seule découvrir de nouveaux rapides sauvages. Comme les eaux des tumultueuses et dangereuses rivières de l’Himalaya indien. Cette aventure en solo est capturée dans le film The Ladakh Project dont Nouria nous dit quelques mots.

Quelle a été la genèse de cette expé et comment t’es venue cette idée d’aller descendre cette rivière-là ?

« J’étais allée en Inde pour une compétition au Malabar River Festival, et comme je n’aime pas voyager dans un pays seulement pour une compétition, j’avais planifié dans la foulée une expé avec des copains pagayeurs allemands. Le projet était d’ouvrir desrivières dans l’état de Kerala, mais ça a été hyper compliqué et au final on n’a pas réussi. On nous refusait tous les permis, les gens nous dénonçaient à la police, c’était une expérience désagréable.

Pourtant j’avais toujours entendu parler de l’Inde en bien, et là j’étais vraiment frustrée d’avoir visité principalement des commissariats. Je me suis dit que si je restais sur cette mauvaise impression, je ne remettrais jamais les pieds dans ce pays. Un copain indien, Shalab, m’avait parlé des rivières de « Ladakh Project », alors je me suis dit « rate ton avion, va faire ces trois rivières, et tu te feras une idée définitive par toi-même ».

Mon billet d’avion retour n’était ni échangeable ni remboursable, et comme je n’avais pas beaucoup d’économies, j’ai approché RedBull Inde pour leur proposer le projet en dernière minute, ils m’ont aidée pour le soutien logistique sur place, et…………. »